Original content, feels like fanfic
Original content, feels like fanfic

Nathan (Chapitre 2 – cinquième partie)

 

La détonation fit s’envoler tous les oiseaux à bien 500 mètres à la ronde. Et pendant les minutes suivantes, les lourdes notes sortant de l’ampli Warwick s’assurèrent qu’aucun d’entre eux ne se risqua à revenir avant bien plus tard dans la journée.

En ce dimanche après-midi c’était concert gratuit dans la campagne poitevine. Un concert très simple, seulement une guitare et son ampli, volume à 10, gain à 6, et pour seul public, les quelques vaches du pré voisin qui n’avaient pas la chance de pouvoir s’enfuir comme venaient de le faire tous les animaux sauvages des alentours. L’artiste était dans sa période revival des hair bands des années 80.

Pourtant à le voir, on se serait plutôt attendu à du Cabrel, avec sa chemise blanche entrouverte, ses lunettes bon marché et ses cheveux courts bien coiffés jusqu’à ce qu’un traître coup de vent ne vienne mettre du désordre dans cette apparence de bon père de famille qu’il était.

Pouvoir jouer aussi fort qu’il le souhaitait – et en extérieur – était l’un des petits plaisirs qu’il jugeait inestimables et qui faisaient que pour rien au monde il ne revivrait un jour en ville. Quand il jouait, face à cette nature verdoyante, le soleil lui réchauffant légèrement le visage, il était l’homme le plus heureux du monde.

Ses enfants jouaient près de l’entrée de la maison. Un de ces jeux dont eux seuls connaissaient les règles et qui créait un univers imaginaire et impénétrable parfois bien plus réel que l’autre à leurs yeux. Les deux petits participaient aussi à son bonheur d’une manière qu’il n’avait pu imaginer avant leur naissance.
Leur mère apparut dans le cadre de la porte. Il les regardait tous les trois du coin de l’œil et pensa que oui, sa vie était vraiment parfaite et qu’il ne voyait pas comment elle pourrait être meilleure. Il ferma les yeux et un sourire béat aux lèvres, il entama son morceau préféré.

 

 

Il sentit bientôt une présence derrière lui. Il continua à jouer, mais la présence se fit insistante. Quelque chose le toucha doucement dans le dos. Il baissa la guitare et se retourna.
Anthony, son fils aîné, était en train de gesticuler derrière lui. Nathan sourit benoîtement. Il était venu danser sur sa musique. Comme c’était mignon.
Mais Anthony continua à gesticuler alors que la musique s’était arrêtée. Il montrait les côtés de sa tête en faisant des grimaces. Nathan réalisa qu’il avait encore son casque sur les oreilles. Il l’ôta.

— Papa !!! Maman t’appelle !!! Elle a dit c’est important. Il faut venir tout de suite !!!

Jamais ils ne venaient le déranger dans ces moments-là. La mère de ses enfants se tenait toujours sur le pas de la porte. Cette fois-ci il remarqua son air, et elle ne partageait visiblement pas la plénitude du moment. Mais alors pas du tout.

— Chérie, qu’est-ce qu’il y a ?
— Ils ont appelé…
— Qui ça “ils” ?
— Tu avais dit que tu avais coupé tout contact avec eux. Tu avais promis que tu n’y retournerais pas. Tu l’avais promis.

Des larmes se formaient aux coins des yeux de sa femme. Il n’essaya pas de retenir les siennes non plus.

— Chérie… Je…

Au moment de faire cette promesse, il pensait sincèrement qu’il pourrait la tenir. Il était certain que jamais ils ne le rappelleraient. Mais maintenant, il savait aussi qu’il n’avait pas d’autre choix que d’y aller.

Le pire fut que cette soirée, peut-être sa dernière soirée en famille, fut à l’opposé de ce qu’il aurait espéré entre les pleurs, les inquiétudes, l’incompréhension des enfants et les nouvelles promesses qui seraient difficilement tenues, elles aussi.

 

(à suivre)

 

Et si vous avez raté un épisode :

Source photo: wikimedia

Auteur(s)

Français exilé à l'autre bout du monde, DavidB écrit. Il n'écrit pas toujours très bien, mais qu'importe, le but est d'écrire. Il fait aussi d'autres trucs parfois.

MetaStructure est un de ses plus vieux projets. Débuté au début des années 2000, il fut maintes fois interrompu, repris à zéro, recommencé. Mais il ne veut pas disparaître, alors mettons-le sur le web au lieu de le laisser dans des cahiers de notes et des fichiers .doc sur des disques durs.

NT

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: